Le toucher… Qu’est-ce que ce mot évoque? La sensualité, la sexualité, la thérapie, l’amour, l’abus, l’affection?

Dans une culture ou l’usage du toucher est quasi-prohibé à l’intérieur des relations sociales, pas étonnant que le toucher soit tabou. Les conséquences de cette amputation ont de sérieuses répercussions sur les individus et, de là, sur la collectivité.

Au début du siècle aux États-Unis, le Marasmus faisait rage dans les orphelinats, ou le taux de mortalité atteignait presque 100% des enfants de moins de un an. Ces enfants étaient totalement privés du toucher. Les dogmes du docteur Holt, en vigueur a cette époque, préconisaient le bannissement des berceaux, l’interdiction de prendre les enfants dans les bras lorsqu’ils pleuraient, le refus des caresses, etc… Le docteur F. Talbot rapporta de l’Allemagne et intégra le « TLC »: Tender, loving, care (« TLC » désigne une attitude envers l’enfant qui consiste à donner la priorité à la tendresse plutôt qu’à l’éducation.)

Une fois appliqué, le taux de mortalité passa ainsi de presque 100% à moins de 10% dans les orphelinats! Le pouvoir du toucher est sous-estimé, surtout dans le milieu médical. Mais de tel fait historique nous en rappelle l’importance.

Ashley Montagu et plusieurs autres auteurs ont démontré l’importance du toucher dans nos vies de tous les jours. En Inde, les femmes massent tout naturellement leurs bébés dès la naissance et les chattes lèchent leur chatons. Sans le toucher, on meurt! Et ce besoin est vital tout au long de notre vie. Lorsque privé du toucher des autres, se masser les épaules, les bras peut être bénéfique. Lors d’une séance de massage sur chaise, ces mêmes bienfaits vitaux sont offerts. Un toucher thérapeutique, certes mais combien rassurant.

N’avons nous pas suffisamment appris des erreurs du passé? Retrouver un équilibre entre la privation complète du toucher et le toucher abusif ou excessif. Le défi: réintégrer un sain toucher au quotidien. Offrir le cadeau du toucher, voilà ce que je vous propose en cette fin d’année. Se l’offrir à soi-même et aux autres. Y a t-il plus beau présent?

Que cette nouvelle année en soit une de réappropriation du toucher ! Un toucher bienfaisant, qui nous fait grandir et évoluer.

Prochain billet: 2e semaine 2011

Share This