PASCALE HAUDEGAND – PUBLIÉ LE 20 SEPTEMBRE 2011 À 22:25

J’ai le grand plaisir de vous présenter mon tout premier invité de marque, le Docteur Michel Lorrain, lequel a oeuvré pendant plusieurs années en médecine du travail à titre de médecin conseil dans la gestion des absences au travail et s’est particulièrement intéressé aux problèmes musculo-squelettiques. Vers l’âge 60 ans, le docteur Lorrain a terminé une formation en massothérapie de plus de 1200 heures. Il poursuit toujours des recherches sur les approches complémentaires en médecine afin d’aider la personne dans son mieux-être. A cet effet, il a écrit un livre intitulé Echec à la maladie et donné plusieurs conférences sur le sujet. Il a écrit de nombreux articles et rédigé un mémoire à la CSST sur les mécanismes de prévention en santé et sécurité du travail.Voici ce que le Docteur Lorrain nous rapporte:«Malgré tous les efforts de prévention en santé et sécurité du travail, le taux des accidents du travail et des maladies professionnelles ne cesse d’augmenter dans certains secteurs d’activité. La période prolongée de consolidation et les séquelles fonctionnelles témoignent souvent de la sévérité des lésions. Comme la majorité des problèmes biomécaniques trouvent leur expression clinique dans le dos du travailleur, le massothérapeute a un accès direct à ces problèmes par le massage sur chaise. On vit avec le devant du corps et le dos supporte la majorité des tensions. Il est donc facile d’exposer le cou, les épaules, les membres supérieurs et le dos au complet pour mettre en évidence les tensions qui s’y logent et les dénouer avant qu’elles n’affectent la qualité de vie du travailleur. Le massage sur chaise se prête également au soulagement des tensions nerveuses liées au stress. Ne dit-on pas souvent: «J’en ai plein le dos!» pour exprimer toute sa doléance.Du point de vue pratique, il s’agit pour l’employeur de cibler les personnes à risque.

    • En prévention primaire:
      • Les travailleurs en déconditionnement physique
      • Les travailleurs qui présentent des antécédents musculosquelettiques silencieux et sans séquelles.
      • Les travailleurs qui présentent des tensions musculaires non douloureuses ou douloureuses
      • Les travailleurs provenant de départements à risque élevé d’accidents du travail et/ou de maladies professionnelles
      • Ceux dont les exigences physiques des tâches ont augmenté
    • En prévention secondaire
      • Pour les travailleurs qui ont subi un accident du travail ou une maladie professionnelle
      • Pour les cas de rechutes, récidives, aggravations de lésion
      • Pour les cas de problèmes musculosquelettiques chroniques
      • Pour les cas de douleurs chroniques
      • Pour les travailleurs plus vulnérables, affectés d’une maladie dégénérative connue.
      • Pour les travailleurs qui vivent un plus grand stress

Le massage sera accompagné de recommandations pertinentes et adaptées à la condition du travailleur. Tout comme le médecin doit faire des recommandations nutritionnelles à son patient diabétique s’il veut maximiser les effets de son traitement. Des exercices d’étirement ou de renforcement de même que des conseils généraux sur le mode de vie complètent le travail du thérapeute.»Michel Lorrain, Md, massothérapeuteDiplômé en médecine d’expertise

Share This